19461973 REVLEFTAFRICA | Colloque historique

CONTACT

Nous écrire

Pour toute question, envoyez-nous un message ci-dessous.

Adresse

30 OCTOBRE 2019

Université Cheikh Anta Diop

Salle de Conférences UCAD 2

Dakar, Sénégal 

31 OCTOBRE 2019

01 NOVEMBRE 2019

Almadies

Hotêl Fleur de Lys

Dakar, Sénégal 


Mail: 

revleftafrica@rosalux.org

bianchinidakar@outlook.com

  • Gris Icône YouTube
  • Facebook - Gris Cercle

Les gauches révolutionnaires en Afrique subsaharienne

(les années 1960 et 1970),

une histoire politique et sociale à écrire

SOUTIENS

Rosa_Luxemburg_Foundation_logo.svg.png
ROAPE.jpg

COMITÉ SCIENTIFIQUE

ET D'ORGANISATION*

Ibrahim ABDULLAH

Jimi ADESINA

Hakim ADI

Kate ALEXANDER

Pascal BIANCHINI*

Françoise BLUM

Jean COPANS

Thierno DIOP

Mor NDAO*

Ndongo Samba SYLLA*

Leo ZEILIG

 

INTRODUCTION

Entre la période des luttes anticoloniales pour les indépendances durant les années 1950 et les deux décennies suivantes où d’autres luttes ont été poursuivies contre des régimes néocoloniaux  ou d’autres formes plus directes de domination (colonies portugaises, régimes d’apartheid, etc.), sont apparues en Afrique subsaharienne, différentes forces politiques que l’on peut englober sous le terme de gauches révolutionnaires.  Portées par des acteurs sociaux minoritaires mais en pleine dynamique, ces gauches révolutionnaires ont marqué leur époque. A partir de références transnationales (notamment marxistes), elles ont tenté d’africaniser leurs discours et leurs pratiques, voire de les inscrire dans le cadre des Etats post-coloniaux africains. Souvent nées au sein des mouvements étudiants, elles ont aussi cherché à s’élargir et à s’implanter dans différentes catégories ou classes de la société (classe ouvrière, paysannerie, jeunes, femmes, etc.). Le rôle joué par ces mouvements, peut s’observer non seulement sur le plan politique stricto sensu, en terme de contestation voire de contribution déterminante au renversement de régimes politiques lors de moments révolutionnaires mais aussi plus largement sur le plan culturel et social  Néanmoins, cette histoire est demeurée en dehors de l’histoire officielle, voire en marge du champ de vision de bon nombre d’historiens et politistes « africanistes ».

 

Si la clandestinité dans laquelle devaient évoluer la plupart de ces mouvements peut expliquer la difficulté à connaître cette histoire, le déclin ultérieur de ces derniers voire parfois l’intégration progressive de certaines figures de ces mouvements au sein de la classe politique au pouvoir a contribué aussi à maintenir le silence sur l’effervescence militante de ces décennies 1960 et 1970.

 

Ce colloque vise donc à exhumer cette histoire largement oubliée  en réunissant des chercheurs qui  ont étudié ces acteurs politiques dans différentes situations au sein de l’Afrique subsaharienne ainsi que d’anciens militant/es de cette époque qui viendront témoigner de leur expérience.

 

PROGRAMME

Show More
 
 

CONTRIBUTIONS